Poussez Madame!

28 septembre 2009

Prémices #1

Ca y est! Me voici à l'aube de mon internat! Je profite de cette occasion pour m'inscrire sur la toile afin de partager avec vous quelques billets, reflets de mon humeur quotidienne.

Commençons par se présenter. Je suis donc étudiante en médecine et ce depuis sept ans. Après deux premières P1 accrochée à mon bureau, j'ai enfin pu prétendre être médecin un jour... puis les deuxième et troisième années sont passées, rapidement, le temps de décompresser un peu... tout ça avant d'entamer l'externat où les heures passées devant mon bureau se sont encore accumulées dans un but ultime, obtenir un classement me permettant de faire de la gynéco-obstétrique à l'internat. Mon souhait s'est réalisé quand le 8 juillet dernier ma soeur est entrée en trombe dans mon appartement en m'annonçant mon résultat, déclenchant par le fait (je l'avoue!) quelques larmes de joie et de soulagement de ma part.

Nous en sommes donc là. Mon nom a été associé à l'internat de gynéco-obstétrique le 17 septembre dernier lors de l'amphi de garnison et j'en suis ravie!

Pourquoi la gynéco pourriez-vous vous demander?
Et bien, je vous réponds.
Je n'avais jamais pensé à cette spécialité avant d'y passer en stage et me destinais plus à faire de la chirurgie. C'est donc en stage que j'ai découvert les multiples attraits de cette spé : on touche à tout, à la chirurgie, à la médecine, à l'imagerie, ce qui permet une certaine indépendance et l'absence de routine qui peut être très présente dans d'autres spécialités. Par ailleurs, il existe une vraie notion d'urgence. En salle (comprendre salle de naissance), tout peut basculer d'une seconde à l'autre, il est impossible de prévoir si la garde sera calme ou agitée, si on passera la soirée à papoter ou si on n'aura pas une minute pour manger. C'est une des seules spécialités où il y a des moments heureux voir les moments les plus importants dans la vie de nos patientes. C'est une spécialité où l'on accompagne nos patientes dans des moments très malheureux, que ce soit en  obstétrique ou en cancérologie gynécologique. C'est une spécialité pleine d'humanité.

Cette année, nous sommes une promotion de trente internes (dont deux garçons...la féminisation de la médecine n'est pas un mythe!) et nous ferons connaissance demain lors d'une première journée de formation/accueil qui doit regrouper tous les internes de chirurgie et de gynéco-obstétrique de 1er semestre d'île de france. J'ai assez hâte. C'est un peu comme le premier jour à l'école primaire, rappelez-vous! Vous sentiez bien que vous passiez dans la cour des grands et c'était à la fois excitant et un peu effrayant!

En effet, la peur existe! Les premières gardes...J'imagine que le terme de responsabilité prend tout son sens quand  c'est toi seule qui tient les forceps entre tes mains, que c'est toi seule qui affirme que cette femme ne présente pas de grossesse extra-utérine et qu'elle peut rentrer chez elle, que c'est toi seule qui annonce à cette femme venue pour connaitre le sexe de son futur enfant que le coeur de ce dernier ne bat plus...

Posté par lagygy à 15:29 - Commentaires [0]